Les bronzes de la Chine impériale, des Song (960-1279) aux Qing (1644-1911)

17/10/2013, Visite conférence Les bronzes de la Chine impériale, des Song (960-1279) aux Qing (1644-1911) au Musée Cernuschi par Madame Trâm Journet.

Vase jue. Dyn. Yuan. Daté de 1293. MC 00653

Vase jue. Dyn. Yuan. Daté de 1293. MC 00653

Cet ensemble fait partie des objets acquis par H. Cernuschi lors de ses voyages en Asie. Ces bronzes font partie de ce qu’on appelle le style antiquisant ou archaïsant. Cette exposition met en avant certains points : le rapport aux rites, le caractère faussaire et l’héritage du passé. Un estampage d’une pierre gravée de la dynastie Han (202 av. J.C.-220 apr. J.C) illustre l’importance culturelle symbolique des vases en bronze aux yeux des souverains de Chine. Le premier empereur Qin Shi Huangdi (221-207 av. J.C.), pour asseoir sa légitimité, lance une expédition pour retrouver neuf vases rituels en bronze de la dynastie des Zhou (1 046-221 av. J.C.) faits à partir de métal envoyé de toutes les provinces du royaume. On va les retrouver dans une boucle du Fleuve Jaune mais un dragon serait apparu et aurait fait en sorte que les vases disparaissent de nouveau car le premier empereur n’était pas considéré comme un bon souverain. Les vases en bronze ont une symbolique qui va se développer encore plus à partir du Xe siècle car la fonction et l’exercice du pouvoir va changer. Les premiers empereurs Song (960-1279 apr. J.C.) vont relancer les examens et favoriser l’étude des textes anciens ce qui fait apparaître la figure du lettré fonctionnaire. Ces lettrés vont être la pierre angulaire de l’administration impériale et la nouvelle figure impériale va se construire grâce aux rites antiques liés aux Ancêtres impériaux, au Ciel et à la Terre, ce qui permettra de relier le souverain à un passé ancien et d’asseoir la dynastie. Certains textes anciens comme le Zhou li (Rites des Zhou) compilé sous les Han, vont être étudiés afin de pouvoir recréer les cérémonies. Le San li tu (Traité illustré des Trois Rituels) est le premier texte illustré montrant ce qu’on imagine être les vases employés pour les rites. Sous les Song, on va aussi découvrir fortuitement des vases anciens et les étudier ce qui permet d’éditer le Bo gu tu (Catalogue illustré des antiquités) avec une représentation fidèle des vases. Les bronzes comme la peinture et la calligraphie deviennent parmi les objets les plus coûteux et les plus recherchés par les lettrés et les collectionneurs. Trois verseuses tripode jue illustrent l’évolution des formes dans le temps : la première (cat. 1), de la dynastie Yuan (1279-1368), reste très proche du modèle antique avec ses pieds presque droits, la seconde (cat. 2), de la dynastie Ming (1368-1644), s’arrondit et les pieds sont très incurvés, la troisième (cat. 4), de la dynastie Qing (1644-1911) montre une simplification du décor. Suivant les écoles, on doit célébrer les rites avec exactement les mêmes vases, à la forme et au décor près, ou célébrer les rites c’est plus l’esprit des rites qui compte et on peut avoir de petites variantes. Un vase bian (Cat. 10) daté de 1483 est conforme à la description du San li tu qui explique que l’ustensile doit être en vannerie car

Vase bian. Dyn. Ming. Règne de Chenghua. 1483. MC 02357

Vase bian. Dyn. Ming. Règne de Chenghua. 1483. MC 02357

il transpose dans le bronze un décor de vannerie. Un vase dou (cat. 9) daté de 1118 soulève la question des datations car son style et l’inscription semblent plus tardifs. On essaie de donner à ces bronzes un caractère antique sans en faire systématiquement des faux car ce ne sont souvent pas des copies. La technique de fonte est différente puisqu’à partir du XIe siècle on utilise la fonte à la cire perdue au lieu de l’utilisation de moules multiples, la raréfaction du cuivre favorisant la fonte à la cire perdue qui nécessite moins de métal. Parfois on a affaire à de vraies contrefaçons tel un vase zun (cat. 11) des XIIIe-XIVe s. qui présente une patine verte épaisse et des marques imitant le découpage d’un moule quadripartite. Une inscription gravée de gauche à droite, ce qui est inhabituel, fait référence à un descendant du royaume de Shu qui instaura un royaume au Vietnam vers 319 apr. J.C., mais la gravure a traversé la patine et laisse voir un métal de couleur grise. Pour donner un aspect antique aux objets, la patine fait l’objet d’études et on utilise principalement deux techniques : la «méthode froide» qui produit une patine épaisse composée d’une sorte de corrosion noire recouverte d’une couche semi-translucide de couleur brune (vase jue cat. 13) alors que la «méthode chaude» produit une patine intégrée au corps de l’objet. En plus, des pigments issus de l’oxydation du bronze peuvent être fixés à l’aide de laque ou de la cire. Le goût pour certaines patines évoluera avec le temps et sous les Song on recherche plutôt des patines brunes ou brun rouge «couleur de marmite» alors que sous les Ming et les Qing la «couleur de marmite» est concurrencée pat la «couleur de thé séché», brun moyen ou foncé. Sous les Ming une patine composée de taches irrégulières brunes ou noires forme une pellicule brillante (vase gui cat. 20) alors qu’une autre présente un aspect presque noir, souvent brillant (vase hu cat. 87). Un vase you (cat. 30) des Qing (XVIIe-XVIIIe s.) extrêmement fidèle au modèle antique présente une patine dans laquelle on trouve du zinc, mais le fond présente une patine vert pâle différente du corps et une inscription conforme à celles des Shang. Il semble qu’on ait utilisé le fond d’un vase ancien pour recréer un «vrai faux». Un vase gong (cat. 22) des XIVe-XVe s. est formé d’une couche assez mince de métal jaune qui pourrait avoir été travaillé au repoussé et revêtu d’un mélange cireux teinté de vert qui tend à s’effriter. Un jue (cat. 34) des XVIIIe-XIXe s. est remarquable par la qualité de l’imitation : le motif de cigale sous le bec offre un décalage

Gobelet jue. Dyn. Qing. XVIIIe-XIXe siècle. MC 00428

Gobelet jue. Dyn. Qing. XVIIIe-XIXe siècle. MC 00428

propre aux moules multiples, les pieds sont alignés selon le type antique mais l’inscription un peu maladroite a été gravée peu profondément dans la cire du modèle. A partir du XIVe les rites vont être rendus à l’aide de vase, non plus en bronze, mais en un matériau moins luxueux. Le premier empereur des Ming, Hongwu, décrète en 1369 que l’on utilisera désormais des vases en porcelaine au lieu de vases en bronze. Le bronze va donc quitter la sphère officielle pour intégrer une sphère plus intime qui va être l’intérieur du lettré ; de la fonction cérémonielle les objets en bronze vont devenir des objets décoratifs de moindre taille. A partir des Ming les vases vont s’éloigner de plus en plus des modèles d’origine. Le vase en forme d’oiseau céleste tianjizun ou coq céleste (cat. 48) de l’époque de Qianlong (1735-1796) fait référence à une forme classique mais s’orne d’effets décoratifs tels que la dorure. Les vases zoomorphes vont intégrer l’intérieur des lettrés comme le vase xizun (cat. 42) en forme de tapir du XVIe-XVIIe s avec ses incrustations d’or et d’argent. Comme il a déjà été dit, à partir des Song, les lettrés qui ont remplacé les grands aristocrates dans la gestion de l’empire deviennent une puissance économique. Ces lettrés vont créer des collections, soit dans le cadre de leur fonction, soit dans un cadre privé et ils vont influencer les goûts. Une vitrine montre les «trésors du lettré», porte pinceau, lave-pinceau et compte-goutte qui, normalement faits en céramique, sont ici en bronze pour accompagner la pierre à encre. Un brûle-parfum xianglu (cat. 74) orné d’oiseaux fantastiques (fenhuang) dorés porte une marque le datant de l’époque de Xuande (1425-1435) des Ming mais est probablement postérieur d’un siècle.

Brûle-parfum xianglu. Dyn. Ming. XVe siècle. MC 00127

Brûle-parfum xianglu. Dyn. Ming. XVe siècle. MC 00127

Un autre brûle-parfum xianlu (cat. 81) à décor de dragons, de nuages et de flots, typique du XVIIe s. dont un exemplaire a été retrouvé dans une tombe datant de 1675, porte aussi la marque de Xuande des Ming. L’utilisation de la marque de Xuande fait ici référence à un règne extrêmement brillant. Trois porte-ustensiles pour l’encens (cat. 89) des XVIIe-XVIIIe s. illustrent l’éloignement progressif par rapport aux modèles antiques tant par la forme que par le décor. Deux vases à flèches touhu (cat. 102 et 103) du XVIe s. font référence à un jeu très ancien remontant à la dynastie des Zhou mais le décor en est fantasque et le cat. 103 s’orne d’immortels taoïstes autour des dieux de la Longévité, du Bonheur et de la Prospérité. Les objets en bronze vont être encore utilisés dans le cadre de culte domestique aussi bien bouddhique que taoïste. Une série complète des huit immortels en bronze doré (cat. 105) du XVIe-XVIIe s. illustre bien cet usage privé. Les miroirs qui ont une valeur magique vont reprendre la forme antique mais avec un décor plus moderne. Le revers de MC2205 (cat. 116) du XIe s. porte des inscriptions postérieures en arabe en rapport avec les signes du zodiaque. Un miroir (cat 104) du XIVe s. s’illustre des huit immortels traversant la mer. Ces miroirs ont une valeur magique et sont censés protéger des mauvais esprits qui, réputés pour leur laideur, s’enfuient lorsqu’ils se voient dans le miroir. La forme et le décor des bassins pan qui servaient à présenter des offrandes évoluent au cours des siècles. Si le bassin (cat. 94) de la dynastie des Xi Xia (1032-1227) reste relativement sobre malgré un décor foisonnant, celui  (cat. 97) de la dynastie des Yuan (1279-1368) présente un contour polylobés et un décor d’oiseaux et de rinceaux végétaux. Peut-être que les grands plats décorés au bleu de cobalt de Jingdezhen dont la fabrication n’a commencée qu’au XIVe s. ont-ils été inspirés de ceux en bronze. Tous les bronzes présentés dans cette exposition proviennent des achats faits par H. Cernuschi lors de ses voyages en Orient et ne représentent qu’une faible partie des mille cinq cent pièces présentées en 1873 au Palais de l’Industrie à Paris qui sont encore aujourd’hui dans les réserves du Musée Cernuschi.

3

Saisir un texte et appuyer sur Entrée pour rechercher