GAO XINGJIANG à IXELLES et à BRUXELLES

Mercredi 6 mai 2015, excursion des Amis à Bruxelles.

Grâce à Maël Bellec, conservateur au musée Cernuschi, les amis ont pu visiter l’exposition rétrospective de l’œuvre de Gao Xingjian, Prix Nobel de littérature en 2000, dramaturge, traducteur, metteur en scène et peintre français d’origine chinoise, au Musée d’Ixelles et son installation aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, en compagnie de l’artiste.

La rétrospective du Musée d’Ixelles retrace le parcours de Gao Xingjian depuis 1964 jusqu’à aujourd’hui. Le maître s’est expliqué sur sa recherche et comment il est arrivé à une création personnelle entre le monde oriental qui constitue son identité et le monde occidental dont il critique l’idée de modernité. Pour le citer «Retourner à la peinture, ce n’est pas revenir à la tradition pour récupérer des formes et des saveurs que les Anciens ont déjà amplement exprimées, mais c’est revenir à l’art pour en découvrir tout le potentiel qui est loin d’être épuisé, puis à partir de là en extraire ses propres moyens d’expression, c’est rechercher à l’intérieur de l’art de nouvelles potentialités d’expression artistique, c’est rechercher l’absence de limites aux limites extrêmes de l’art».

1.Etude N°1.1964.Encre sur papier

Etude N°1. 1964. Encre sur papier. 32×27,5cm

5.La Prière.2010.Encre sur toile

La Prière. 2010. Encre sur toile.

2.Le Château.1992.Encre sur papier

Le Chateau. 1992. Encre sur papier. 80x76cm

Son œuvre ne se veut ni figurative ni abstraite mais plutôt suggestive et il laisse au spectateur la liberté d’interprétation. Pour lui, les œuvres doivent parler d’elles-mêmes.
Il nous a confié qu’il se met en condition en écoutant de la musique devant la feuille blanche. Par ce biais il s’isole dans son monde intérieur et peut commencer à peindre. «L’inspiration c’est une sorte d’état mental dans lequel se trouve le peintre au moment où il se met à peindre, elle se réalise dans sa peinture, c’est l’esprit même de la peinture à l’encre qui imprègne aussi la poésie chinoise classique».
Gao Xingjian pense avoir trouvé dans la rencontre de l’encre, du papier et de l’eau des moyens d’expression pour exprimer la complexité des sensations et des sentiments de notre temps et sa recherche se veut totalement contemporaine.
«Je pense que mon travail se situe au-delà de cette notion figée d’art contemporain, bien qu’il s’agisse tout à fait d’une création d’aujourd’hui».
L’installation aux Musée royaux des Beaux-Arts de Bruxelles comporte six peintures monumentales créées spécifiquement pour la salle où elles sont accrochées. Dans ses « éveils de la conscience », l’artiste invite le flâneur à traverser l’image et à rencontrer, au-delà de l’encre, l’idée dans sa nudité existentielle ».

6.3.La Montagne de l'âme.2012.Huile sur toile.240x350cm

La Montagne de l’ame. 2012. Huile sur toile. 240x350cm

15.Ailleurs.2014.Encre sur toile.300x540cm

Ailleurs. 2014. Encre sur toile. 300x540cm

En résumé, une journée d’exception qui a permis une communion pleine et entière avec l’œuvre d’un grand Maître dont la simplicité et la gentillesse n’ont d’égal qu’un talent reconnu mondialement.

17.6

Gao Xingjian commentant son oeuvre à Jacqueline Berthelot-Blanchet et Maël Bellec

17.8.Gao Xinjiang et Mael Bellec entourés des amis

Le groupe des Amis autours de Gao Xingjiang et Maël Bellec

3

Saisir un texte et appuyer sur Entrée pour rechercher