L’iconographie bouddho-taoïste de la dynastie Tang dans les sites rupestres du Sichuan

L’iconographie bouddho-taoïste de la dynastie Tang dans les sites rupestres du Sichuan, conférence par Christine Mollier, Directrice de recherche au CNRS/CRCAO.

 Les innombrables statues sculptées à flanc de rocher dans les sites rupestres du Sichuan témoignent de l’intensité des activités artistiques et religieuses dans cette vaste province chinoise à l’époque médiévale. Au cours de la dynastie Tang (618-907) en particulier, des milliers d’images bouddhiques y ont été réalisées et des statues représentant les divinités du panthéon taoïste se sont aussi, dans une moindre mesure, multipliées dans cette région. L’iconographie des unes comme des autres a fait l’objet de quantité d’études. Pourtant, une énigme subsiste. Elle concerne l’hybridité religieuse de certaines niches sculptées au VIIIe siècle dans plusieurs de ces sites rupestres. Que signifie la coprésence à l’intérieur de ces niches de divinités bouddhiques et taoïstes ? Pourquoi le Buddha Śākyamuni et le dieu taoïste Laozi y sont-ils assis côte à côte ? C’est en s’appuyant sur les traces épigraphiques in situ ainsi que sur les sources canoniques et historiques que nous tenterons d’apporter une réponse à ces questions et de montrer que, loin d’être le fruit d’un œcuménisme, cette singulière iconographie bouddho-taoïste reflète en réalité la politique protaoïste menée par l’empereur Xuanzong des Tang (r. 712-756).

0

Saisir un texte et appuyer sur Entrée pour rechercher